Prix Sony Labou Tansi des Lycéens

Une langue actuelle et attirante

Une langue actuelle et attirante

Une langue actuelle et attirante

Pourquoi le théâtre francophone serait si facile d’accès ?

Marie-Hélène Budak, Limoges, février 2008

Marie-Hélène Budak, professeur de Lettres Modernes FLE, impliquée dans le Prix Sony Labou Tansi depuis l’année scolaire 2005-2006, mesure l’accessibilité ou les difficultés de compréhension liées à l’âge de la langue française étudiée.

 

Pourquoi le théâtre francophone serait si facile d’accès ?

Parce que même si il y a des jeux de langues, même si il y a intervention d’autres langues que le français ou que le français n’est pas le même que celui qu’on utilise, il est compréhensible ou on a envie d’aller plus loin ; alors que quand on étudie quelques « Molière » où la langue est de plus en plus difficile d’accès pour nos jeunes, là, tous ne feront pas l’effort et même ça va les ennuyer vraiment profondément.

La langue du XVIIe siècle est difficile d’accès actuellement pour nos jeunes, sans compter qu’il faut toujours recontextualiser, donc une pièce du XVIIe siècle demande tout un travail de recontextualisation, historique, culturel, littéraire.

Donc, on n’a pas ce travail-là à faire … on parlait du travail à faire, du travail demandé pour le prix Sony Labou Tansi, les collègues qui se lancent dans ce prix n’ont pas, ou beaucoup moins, un travail de recontextualisation à faire [1] puisque c’est contemporain à moins, effectivement, d’être coupé de l’information et d’une méconnaissance complète de ce qui se passe de nos jours.