Ubu

Ubu sur la butte, en découvrant ce texte mal connu et peu joué d’Alfred Jarry, j’ai été immédiatement saisi par la cruauté qui s’en dégage. La cruauté et le rire ! Plus encore que le fameux Ubu Roi, cette version raccourcie, brusque, directe (initialement écrite pour marionnettes) m’a totalement fasciné. Car ce frottement constant entre le rire et l’effroi est ici irrésistible et implacable. Tout va vite : le premier roi meurt en vingt lignes et la guerre arrive trois scènes plus tard ! Jarry ne s’appesantit sur rien, il va à l’essentiel, il trace sa route comme un bulldozer et dévaste tout sur son passage.

(suite…)

Les hérétiques

Malaise démocratique : Depuis  une  dizaine  d’années,  lentement mais  sûrement, les  fondamentaux  politiques et éthiques de la démocratie occidentale se délitent.

Hérésie : vient du grec hairesis. Etymologiquement : action de prendre, choix ; opinion. Au nom de la liberté, on se met à interdire. Au nom de la laïcité, on empêche des convictions  de s’exprimer.  Pourquoi  une  telle  remise  en question  de  nos  valeurs  démocratiques ?  Pourquoi  un  tel  retournement  des  mots,  du sens ? De quoi ce glissement est-il le nom ? Dont les femmes paient d’abord le prix…

(suite…)

C’est pas parce qu’il y a un titre que cela change quelque chose

Après Et Après, nous désirons poursuivre notre questionnement sur les méandres de la création. Deux auteurs, metteurs en scène et directeurs d’une compagnie de théâtre, se retrouvent pris au piège d’une situation dont ils sont en partie responsables : ils doivent fournir, dans les plus brefs délais, un projet de spectacle et tout ce qui va avec : titre, résumé, note d’intention, alors qu’ils sont depuis deux ans en pleine crise d’inspiration.

(suite…)

Le Misanthrope

Sur scène, deux acteurs se parlent. L’un, Philinte, semble disposé à jouer la pièce tandis que l’autre, Alceste, la refuse : « Laissez-moi là vous dis-je et courez-vous cacher ». Une longue scène d’ouverture où deux conceptions de la vie s’affrontent. L’une, défendue avec fougue par Alceste et qui érige la franchise absolue en morale absolue. « Je veux qu’on soit sincère et qu’en homme d’honneur, on ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur ». Tandis que l’autre, Philinte, soutient l’impossibilité d’un tel projet et préconise la modération. « Je prends tout doucement les hommes comme ils sont, j’accoutume mon âme à souffrir ce qu’ils font ». Nous assistons là à ce que Montaigne définit comme un « art de la conversation

(suite…)

La géographie du danger

Je danse parce que je ne peux pas rester immobile, je parle parce que je ne peux plus rester silencieux…

Hamid ben Mahi

Adapté du roman d’Hamid Skif (écrivain, poète et journaliste algérien), la GÉOGRAPHIE DU DANGER est un solo « coup de poing » sur le parcours d’un sans-papiers, qui vit depuis des mois terré dans une chambre de bonne, envahi par le sentiment d’enfermement, de rejet, d’isolement, de peur, d’incompréhension, d’impuissance.

(suite…)