Un violon sur le toit

Scholem Aleikhem rédige plusieurs versions de Tevye le laitier entre 1895 et 1916. A la fin de sa vie, ces courts récits ont été rassemblés. De ces histoires ont été tirées de nombreuses pièces de théâtre, des films et bien sûr la comédie musicale Un violon sur le toit en 1964 et le film éponyme en 1971.

(suite…)

Jan

Elle se fait appeler Jan, pour Janis, son prénom qu’elle n’aime pas. Et gare à ceux qui osent se moquer d’elle. Son père, fier d’avoir une fille qui n’est pas « une gonzesse », raconte que le jour de sa naissance, déjà, elle avait ses deux petits poings serrés, l’air pas commode. Depuis, garçons ou filles, petits ou grands, pour peu qu’on la cherche, Janis ne se laisse pas faire. Sa mère est vendeuse de chaussures, son père chômeur professionnel. Il est aimant et doux, mais boit beaucoup.

(suite…)

Electropérette

Avec ses airs enlevés, ses mélodies qui s’imposent facilement à l’oreille du public, l’opérette a intéressé nombre de grands musiciens. Alors pourquoi aujourd’hui ne se prêterait-elle pas volontiers aux remix les plus ébouriffants des compositeurs electro actuels ?

(suite…)

Salle d’attente

La parodie d’une salle d’attente banale d’un hôpital banal.

Deux clients âgés – Isopan et Betalgine – attendent une consultation en urgence avec le professeur Castagnol.

L’arrivée de deux infirmières (Clara et Isabelle) complète le décor.

Etrangement le compteur des numéros de passage recule. Les heures passent, puis les jours. Tout bascule vers une autre dimension surréaliste et inquiétante. Le dialogue devient de plus en plus délirant, fou, désopilant… Et pourtant… c’est bien de nous qu’il s’agit avec nos angoisses, nos rires, nos fureurs.

(suite…)